41- Question 41 : après avoir défini l'autofinancement, vous en préciserez les limites et les contraintes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

41- Question 41 : après avoir défini l'autofinancement, vous en préciserez les limites et les contraintes

Message par Admin le Sam 16 Jan - 12:51

Question ITB 41 : Après avoir défini l’autofinancement, vous en préciserez les limites et les contraintes.


Introduction :

Dans un contexte économique riche en croissance et en recherche de compétitivité, l’entreprise se doit de se développer. Pour se faire, elle dispose de plusieurs sources de financements possibles, complémentaires et concurrentes, fixées en fonction de différents tels que le cout de capital , la structure financière de l’entreprise et l’appétence des investisseurs pour la société.
A savoir, le financement externe (c’est à dire : l’utilisation de ressources étrangères à l’entreprise via les financements bancaires, des émissions de titres) et le financement interne c’est à dire par ses propres ressources, à savoir l’autofinancement.
Nous nous intéresserons ce jour, à cette dernière source interne de financement soit l’autofinancement, en y apportant dans un premier temps, une définition, et en présentant ses limites et contraintes dans un second temps.


I. L’autofinancement : le moyen de financement interne préférée ...

Le 1er moyen de financement interne privilégié à ce jour, part sa simplicité de mise en place et son moindre cout.
L’autofinancement est le fait pour une entreprise de financer son activité, ses investissements à partir des ressources qu’elle s’est elle même constituée, c’est à dire hors apport des actionnaires ou tiers prêteurs, à savoir :
- Ses capitaux propres existants
- Sa propre rentabilité (CAF, réserve et plus-values)
- De son épargne
- Et des amortissements comptables
L’autofinancement répond à des plusieurs objectifs :
- Ménager a mieux son indépendance financière
- Maintenir son activité à un niveau égal de sa rentabilité
- Optimiser le financement de sa croissance internet et/ou externe.

Comparaison essentielle entre la rentabilité économique dégage par tous nouvel investissement avec le cout des ressources empruntées ET la rémunération attendue des actionnaires

Mais qu’elles sont les limites et contraintes de l’autofinancent que nous pouvons mettre en avant pour une entreprise.


II. ... mais qui présente des Limites et des contraintes :

1. Développement trop lent de l’entreprise
Besoins de financements supérieurs aux capacités immédiates donc peut limiter le développement de l’activité (surtout si gros investissements), risque de perte compétitivité face à concurrent.

2. Non recours à l’effet de levier financier et fiscal
-Réaliser des Investissements de croissance, c’est augmenter les amortissements, les frais financiers et les obligations de réserve pour conforter la structure financière de l’entreprise. Il faut donc ménager pour sécuriser l’avenir :
*le niveau du résultat de l’exercice (taux de rentabilité financière) ET
*le niveau de distribution des dividendes (taux de rémunération de l’actionnaire).
-Limites fiscales car absence de déduction des intérêts donc absence d’allégement des charges impôts qui sont conséquentes de nos jours.

3. Non utilisation du levier fiscal de la dette :
D’apparence gratuite car pas d’intérêts. Cependant peut conduire à gaspillage de capital car investissement peu rentable et consommer l’intégralité de la trésorerie car absence recours effet de levier dette.

4. Limitation de la rentabilité des capitaux pour l’actionnaire
Diminution et/ou absence des bénéfices distribués (nécessité d’obtenir l’accord préalable de tous les associés lors de l’assemblée générale) et si excès d’autofinancement, cela peut décourager associés les détournants de futurs augmentations de capital (absence de futur rémunération)


Conclusion :
Une entreprise doit avoir l’intelligence d’utiliser les différents modes de financement possibles et de façon structurée afin d’être un acteur fort de proposition sur le marché.
Faire appel à des ressources externes via des partenaires de qualité peut apporter à l’entreprise moyennant un cout indiscutable, une aide non négligeable à son bon développement.
Cependant, il est judicieux de s’interroger sur les politiques d’octroi de crédit aux professionnels. Ne s’imposent-elles pas aux entreprises comme trop contraignantes et rigides de part un environnement règlementaire en constante mouvance....

Plan Q41
Mélanie

Admin
Admin

Messages : 6
Date d'inscription : 15/01/2016
Age : 34
Localisation : Bordeaux

Voir le profil de l'utilisateur http://bdxitb20162017.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

2e proposition de plan Q41

Message par Laetitia.o le Mar 26 Jan - 20:31

Introduction

Pour assurer leur développement, les entreprises disposent de plusieurs sources de financement complémentaires mais concurrentes. Une entreprise peut privilégier parfois l'émission de titres, le financement bancaire ou encore l'autofinancement.
Dans un premier temps, nous définirons ce qu'est l'autofinancement et dans un second temps, nous analyserons quelles en sont les limites et les contraintes.

I- Le concept de l'autofinancement

- Définition et finalités
source de financement interne
indépendance financière
maintient de son activité
facteurs-clefs de l'évolution de l'entreprise
- Support de croissance interne et externe
stratégie interne
stratégie externe

II- Les limites et les contraintes de l'autofinancement

- L'autofinancement et la rentabilité des capitaux investis
- L'autofinancement excessif
- L'insuffisance d'autofinancement
- Les exigences des apporteurs de capitaux
La sécurité
Le rendement

Conclusion

Pour conclure, nous pouvons définir l'autofinancement comme étant la capacité de l’entreprise à financer son activité ainsi que ses investissements à l’aide de ses propres moyens financiers. Il est important de préciser que le recours à l’autofinancement a un coût et comporte tout de même certaines limites et contraintes. En effet, avant de pouvoir se permettre de s’autofinancer, l’entreprise doit disposer de moyens suffisants, qui l’autorisent à investir dans de nouveaux projets. Il est aussi important de savoir que ces projets peuvent se révéler infructueux, et donc générer de grosses pertes pour l‘entreprise et ses actionnaires. L'utilisation de ces réserves, principalement destinées à rémunérer les actionnaires, doit donc s'effectuer de façon vigilante et organisée.

Laetitia.o

Messages : 5
Date d'inscription : 26/01/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum