Q34 Une entreprise rentable est elle forcement solvable ? Justifiez.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Q34 Une entreprise rentable est elle forcement solvable ? Justifiez.

Message par Slufcik Mélanie le Mar 1 Mar - 19:36

Q34 : Une entreprise rentable est elle forcément solvable ? Justifiez


Introduction :

- Le seuil de rentabilité correspond au niveau d’activité d’une entreprise ou charges = produit. A ce stade le bénéfice est nul, on parle donc de chiffre d’affaire ou de production minimum à réaliser. La rentabilité est donc l’efficacité de l’entreprise qui s’apprécie au niveau du compte de résultat..
- Tandis que la solvabilité s’apprécie au niveau du bilan et désigne la capacité d’une entreprise à répondre à ses échéances financières, et donc à pouvoir assurer k’avenir sans se trouver en défaut de paiement (le niveau de fonds propres et leur poids dans le total du bilan – ACTIFS moins DETTES).
- Pblematique : Est ce que ses deux notions, de renta et de solvabilité, pour une entreprise sont obligatoirement liées (complémentaires) ou distinctes ?
- Nous aborderons leurs différences (I) ainsi que leurs similitudes et leurs complémentarité (II)

I) Les différences entre rentabilité et solvabilité d’une entreprise

1) La rentabilité d’une entreprise (compte de résultat)

=> Mesure le rapport entre un revenu obtenu (produits) et les ressources employées (charges) pour l'obtenir. Rentabilité / Bénéfice / Pérenniser l’entreprise.
Peut se mesurer à différent niveau :
l’exploitation est rentable = EBE
l’entreprise est rentable = RN ( attention à tenir compte des évènements exceptionnels qui peuvent gonfler de manière non récurrente le RN)

=> Ratios :
Renta brute d’exploitation = EBE/CA ;
ROE ou RCP = RN/Capitaux Propres ;
ROA = RN/Total actif.

➢ Exemple : cas d’entreprise qui peut être rentable et peu solvable : LBO : peu de capitaux propre, faible solvabilité mais forte rentabilité. Cependant 80% de LBO meurt.


2) La solvabilité d’une entreprise (bilan)

Mesure la capacité de l’entreprise à payer ses dettes sur le moyen/long terme.
Répond à 2 questions : L’entreprise peut faire face à ses échéances ? L’entreprise peut-elle s’endetter ?

=> La banque qui finance un investissement d’une entreprise devra vérifier sa solvabilité.

=> Niveau de solvabilité de l’entreprise / rating / coût du crédit + ou - cher / niveau de risque plus élevé.
=> Ratios mesurant la solvabilité : RP/Total bilan > 25%.
Capacité endettement = RP/DS > 1 ; capacité remboursement = DS/CAF < 3.

=> Cas particulier d’une banque : ratio McDonough.

La rentabilité et la solvabilité sont donc deux éléments distincts que l’on mesure à l’aide de documents comptable différents. Mais il faut souligner que ces deux notions peuvent être liées et même important pour le développement et la sécurité de l’entreprise.
Ratios de mesure de solvabilité et de rentabilité sont à comparer dans le temps et avec les entreprises du même secteur

II. Les similitudes et complémentarités des deux notions :

 Objectif commun : la recherche d’un équilibre (CT/LT)

=> Immobilisation du capital sur MLT nécessaire pour assurer la solvabilité (faire face à des risques exceptionnels). Or le capital immobilisé est rémunéré, besoin d’une rentabilité.
La rémunération des FP est indispensable au maintien des capitaux par les actionnaires.
Les actionnaires souhaitent que les moyens qu’ils ont engagés produisent une rentabilité supérieure au rendement d’un investissement dépourvu de risques.

=> Arbitrage / Gestion des FP
La gestion des FP nécessite donc un arbitrage entre solvabilité (couvrir les aléas liés à l’activité) et rentabilité (optimiser le rendement de l’investissement).
L’entreprise est soumise à des contraintes de rentabilité, alors que la gestion du risque y est essentielle, et parfois même réglementée (Ex : banque).
Utilisation même d’outil pour réduire le besoin en FP : CDS !

 Rentabilité et solvabilité permettent d’investir :

=> Recours à l’endettement
Augmente les charges financières : baisse le RN et la rentabilité financière.
Augmente les dettes : diminue la solvabilité (autonomie financière = RP/RS).
Nécessite une bonne rentabilité économique, offrant un rendement supérieur au coût de l’emprunt.
Nécessité d’une bonne solvabilité : car fragilise la structure financière en cas de retournement conjoncturel / peut aller à la faillite / poids des charges financières.

=> Recours aux actionnaires
Améliore la solvabilité : apports en FP.
Nécessiter d’investir dans un projet suffisamment rentable pour rémunérer ses nouveaux FP

 Politique d’entreprise

=> A travers sa rentabilité, l’entreprise peut conserver une partie de son résultat pour augmenter sa solvabilité, le cas de BNP 80% du résultat net réinjecter en capitaux pour anticipation Bâle III

Conclusion :
- Nous venons de mettre en avant qu’une entreprise rentable peut être solvable ou non, et que les choix stratégiques du dirigeant de l’entreprise sont primordiales pour ne pas freiner sa croissance.
- Toutefois, nous pouvons nous poser la question sur l’aspect règlementaire qui s’incombe aux entreprises et notamment aux banques (Bale 2, Bale 3...) : ne freinent ils pas défavorablement la croissance et les prévisions de développement ? Dans un sens oui, mais cela permet de sécuriser les choix stratégiques décidés et de permettre de limiter toutes faillites et risque systémique ayant des conséquences non négligeables.

Slufcik Mélanie
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum