Q 18 : Comment la spécificité d'une entreprise bancaire est - elle retracée dans les différents postes de ses états financiers ( bilan et compte de résultat ) ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Q 18 : Comment la spécificité d'une entreprise bancaire est - elle retracée dans les différents postes de ses états financiers ( bilan et compte de résultat ) ?

Message par COLIN OLIVIER le Ven 19 Fév - 17:20

Question 18: comment la spécificité d'une entreprise bancaire est-elle retracée dans les différents postes de ses états financiers (bilan et compte de résultat)?
Dans une économie ouverte, les banques font parties intégrantes du secteur des entreprises en tant que sociétés financières. Elles occupent cependant une place particulière du fait de leurs activités spécifiques
(intermédiation bancaire) et de leur forte réglementation.
Contrairement aux autres entreprises, les banques présentent les capitaux les plus liquides en haut du bilan et les moins liquides en bas On parle de degré de liquidité pour les emplois (actif du bilan) et de degré d’exigibilité pour les ressources ( passif .)
Mais alors comment les différents états financiers (bilan et compte de résultat) témoignent-ils du rôle spécifique des banques ?
I ROLE SPECIFIQUE :
1Intermédiation bancaire : Asymétrie de l’information / transformation des risques, des échéances et de l’information.
Deux spécificités additionnelles : création monétaire et gestion du système de paiement .
La création monétaire se traduit par une double écriture dans les comptes des bilans bancaires :
Tout crédit augmente l’actif du bilan et simultanément un compte de dépôt client au passif du bilan = marge intermédiation ce qui nécessite forcément un agrément ACPR.
2 PSC ET PSCI
PSC (Prestations de service connexe) opérations de vente et de conseils +location simples et les prises de participation. Ces services faisant objet de commissions.
PSI (Prestations de services d’investissement) opérations sur les marchés financiers pour compte de tiers et/ou opérations pour compte propre dans ce cas la banque est contrepartie).
Ces trois gisements d’activité selon le code monétaire et financier permettent de définir et de composer le produit net bancaire ( PNB) issue de la différence entre les produits et les charges d’exploitation.
3 Pour définir le PNB , il faut utiliser le compte de résultat.
Il retrace l'ensemble des charges et produits d'une société.
Les soldes intermédiaires de gestion sont différents d'une entreprise classique.
L’analyse du compte de résultat a pour but de mesurer la rentabilité de l’entreprise et d’expliquer la création de richesse (ou la destruction).Le cas échéant, elle explique la contribution des différents métiers lorsque le détail le permet. Dans une perspective dynamique, elle permettra d’anticiper les résultats puis de chiffrer la performance, le tout à l’aune des risques encourus et des moyens mis en œuvre pour les maîtriser.

II STRUCTURE DU BILAN ( ACTIF /PASSIF)
Le bilan d’une banque se démarque doublement .
Le passif du bilan est constitué de dettes envers ds tiers / Actifs créances sur tiers. On constate ainsi une étroite dépendance entre le PASSIF et l’Actif du bilan .La capacité à rembourser dépend largement de la capacité à être remboursé par l’autre.
Les différentes opérations initiées par la banque sont porteuses de risque : (cpte de tiers ou compte propre)
La lecture du bilan, du hors bilan ou de leur annexe complète et éclaire la lecture du seul compte de résultat.
Bilan bancaire est asymétrique
Au passif : on retrouve essentiellement les ressources liquides (dépôts à vue, épargne = exigibilité immédiate de la clientèle)
Actif : composé de créances peu liquides (crédit) ou moins liquides (titres) ainsi on constate la naissance du risque de liquidité qui est issu du rôle de transformation d’une banque dont le terme des emplois est en général supérieur au terme des ressources. Il existe un décalage entre les sommes prêtées et les sommes disponibles
(dépôts à court terme des clients et prêts à moyen long terme ) = manque de liquidités
Relations importantes entre banques : ( rôle Interbancaire )
Il faut être prudent et faire attention aux opérations interbancaires car on constate une interdépendance de leurs activités qui peut déboucher sur un risque systémique ( la santé de l’une peut jouer sur la santé de l’autre )
Nature liquide du bilan :
Facilité de transformer certains titres en liquidité ( OAT et bons du trésor )
Bilan bancaire non sécable :
La valeur de l’actif est décorrélée de la valeur du passif . Si perte de ses actifs ( non remboursement de prêt ) n’ autorise pas inscrire d’autant à son passif . ( ce qui aurait comme impact de réduire les avoirs de ses clients ) d’où la nécessité d’avoir des fonds propres suffisants pour absorber les variations de valeur d’actif. = risque de crédit ratio de MC DONOUGH ( Bale II) = FONDS PROPRES Réglementés/ risques pondérés > à 8%.

Conclusion :Le bilan d’une entreprise bancaire est donc différent des bilans des autres entreprises ,lié aux activités spécifiques en mettant en avant son activité principale d’intermédiation bancaire .De plus ,une partie de l’activité bancaire ne se retrouve que dans le hors bilan de la Banque .
Il convient donc de pousser l’analyse comptable sur d’autres éléments que le bilan et compte de résultat pour comprendre son activité. Il faut s’intéresser aux annexes car cela donne des informations sur les typologies de clientèle, sur la nature des crédits et des créances douteuses. C’est primordial pour analyser le risque et dernier point important, il faut être particulièrement vigilant aux opérations hors bilan qui sont souvent très importantes ( ex titrisations) qui peuvent rendre la lecture difficile et masquer les risques . ( crises des subprimes).

COLIN OLIVIER

Messages : 17
Date d'inscription : 27/01/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum